Troubles de la marche : les différentes causes possibles

Troubles de la marche : les différentes causes possibles

Troubles dus au dysfonctionnement du système nerveux

Avec l'âge, le cerveau vieillit. Il devient moins performant et peut présenter du dysfonctionnement. Diverses pathologies telles la maladie de Parkinson, d'Alzheimer ou encore la sclérose en plaques peuvent alors s'installer progressivement.

La dégénérescence des neurones est par ailleurs irréversible. Ceci entraîne chez la personne touchée une perte de capacité mentale (diminution de l'apprentissage, trouble de mémoire, etc.) mais aussi, à un stade avancé, des troubles de la marche. La destruction du tissu nerveux va progressivement provoquer des engourdissements, des spasmes musculaires et une perte de sensibilité au niveau des membres.

Difficultés à la marche causées par un problème au niveau de l'appareil locomoteur

Les problèmes d'articulation, notamment au niveau des membres inférieurs peuvent aussi causer des troubles de la marche. Cela peut toucher toute personne de tout âge. Des accidents dus à une pratique excessive de sport peuvent par exemple entraîner des blessures, rendant la marche difficile.

Diverses affections des pieds telles l'hallus valgus, la phlébite, l'arthrite, la myopathie, l'artériosclérose peuvent aussi causer des difficultés à la marche.

Quel traitement ?

Le traitement à prescrire dépend bien évidemment de la cause des troubles de la marche. Le médecin peut prescrire un traitement de physiothérapie, médicamenteux ou encore de la chirurgie. L'objectif du traitement étant de maintenir l'autonomie du patient afin qu'il puisse accomplir ses activités quotidiennes. Pour certaines maladies, la perte d'indépendance est en revanche inévitable à un stade avancé.

C'est par exemple le cas de la maladie d'Alzheimer. La détérioration des cellules nerveuses entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales et musculaires de la personne atteinte.

Au stade sévère de la maladie d'Alzheimer, le patient devient dépendant et a besoin d'une assistance importante pour ses activités quotidiennes. Ses muscles se raidissent, l'empêcher d'adopter des réflexes normaux et de se déplacer. Il est alors contraint d'utiliser un fauteuil roulant pour se déplacer. Mais le médecin peut aussi prescrire un fauteuil roulant afin de prévenir les risques de chute d'une personne âgée. Un fauteuil roulant électrique et pliable est plus pratique pour se déplacer facilement, et en toute autonomie.

Grâce à la propulsion électrique, le patient peut facilement surmonter les différences de nivelés sans à fournir beaucoup d'efforts. Pour certaines pathologies ou dans certaines situations (tels des accidents touchant les membres inférieurs), le fauteuil roulant peut être prescrit temporairement. De nombreux patients atteints de l'AVC parviennent par exemple à quitter leur fauteuil roulant après des traitements en kinésithérapie.